Live-Report : Hellfest 2019

Voici venue la 14ème édition du Hellfest. Le festival a dévoilé les 5 premiers noms de l’édition 2019 à la fin de son édition précédente. Le reste de l’affiche a  suivi en novembre, donc après la mise en vente des pass, qui sont tous partis en moins de 2h, ce qui permet au festival de réaliser un nouveau record ! Côté tête d’affiche on retrouve (ou pas) Manowar pour une tournée d’Adieu (qui n’en est finalement pas une), Kiss pour une tournée d’Adieu (qui… non on va garder un peu de suspense), et Tool, qui n’était pas venu en France depuis 2007, pour une date exclusive ! Côté grosse nouveauté nous aurons le droit à un beau warm-up le jeudi avec le Knotfest qui débarque pour la première fois en Europe, et qui va squatter les 2 scènes principales du Hellfest avec 10 groupes.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le Hellfest c’est 6 scènes principales : Les Main Stages 1 & 2 qui alternent, Temple et Altar qui sont 2 chapiteaux qui alternent aussi leur concert, et enfin la Warzone (zone spéciale avec une déco très travaillée) qui alterne avec la Valley qui est sous un chapiteau. Les concerts commencent à 10h30, et se terminent à 2h. Et pour ceux qui ont encore de l’énergie, la fête continue dans au Metal Corner ! Le site appartient au festival, du coup depuis le temps ils ont eu de quoi le faire évoluer. Aujourd’hui il y a beaucoup de structures en dur qui restent tout au long de l’année, et les décors sont vraiment magnifiques.

Côté repas la grande zone restauration a fait peau neuve. Pas mal de queue aux heures de pointe… du coup on ira en décaler. Pour donner quelques exemples de prix on est à 2.85€ la Kro en 28cl, 5.7€ en 58cl, et 15€ en 145cl. Pour le Perrier c’est 1.5 / 5 / 13 pour les mêmes volumes. Grace aux HellSnacks on peut manger à un bon rapport qualité prix, avec des burgers et hot dogs à partir de 5€. Beaucoup d’autres stands sont aussi disponibles, pour tous les goûts (il y a même du homard !).

Maintenant que le contexte est posé, parlons concerts.

-Vendredi-

La journée commence pour moi avec No One Is Innocent. Le groupe assure, et nous propose une bonne prestation scénique. Ils concluront leur set sur what the fuck avec Niko Jones de Tagada Jones, et un beau wall of death. Le groupe a pas mal tourné cette année, et finira 2019 avec Tagada Jones et Ultra Vomit au Zenith de Paris le 5 novembre (voir ici). On passe sur l’autre Main Stage avec Dream Theater : techniquement c’est irréprochable, mais niveau ambiance je trouve que ce genre ne groupe ne se prête pas trop à une scène dans un festival en milieu d’après midi avec un beau soleil. Je préfère les voir en salle. C’est Dagoba qui enchaîne sur la Main Stage 2. Le groupe aurait-il battu son record du plus gros Wall of death de son passage au Hellfest en 2014 ? En tout cas l’énergie est toujours là, mais la poussière n’y est plus : merci les grosses zones bétonnées devant les scènes ! Le groupe a fait le warm up de la tournée Hellfest 2019, et il a contribuer à faire aussi monter la température lors du festival. Direction la Warzone avec Me First And The Gimme Gimmes. Quelques nuages pointent le bout de leur nez et ça fait du bien. Avec leur set-list composée uniquement de covers, on rentre vite dans le concert, et l’ambiance est bon enfant. la mise en scène avec les tenues et le le jeu du chanteur vont bien avec l’ensemble. Ca ne casse pas trois pattes à un canard, mais on passe un bon moment. On retourne côté Main Stage où une très grosse foule s’est massée pour accueillir Ultra Vomit ! Le groupe a beau tourner en continue, le public ne se lasse toujours pas ! On aura le droit aujourd’hui à une setlist habituelle, quelques invités (Tagada Jones, Black Bomb A, le faux Calojero), un Gospel pour le titre Jesus, et une superbe utilisation des écrans géants du Hellfest. Le concert a été énorme, et est à retrouvé sur la chaine youtube d’Arte ici. Après 1h à chanter et sauter, il va falloir faire une halte à un dessoiffeur parce que ça ne va pas s’arranger avec Dropkick Murphys ! Une ambiance toujours au top pour les plus Irlandais des Américains. Ils savent mettent le feu et ça ne m’étonnerait pas de les voir tête d’affiche la prochaine fois qu’ils passeront par Clisson. Pour ceux qui ont loupé leur prestation, ils seront au Zenith de Paris les 8 et 9 février 2020. Et comme on n’avait pas encore assez bouger, c’est Mass Hysteria qui débarque ! Grosse patate sur scène et grosse ambiance dans la fosse, comme toujours. Et comme toujours : grosse tournée. Le groupe semble être en continue sur la route, et passera par le Zenith de Paris à la fin de l’année (voir ici). On était censé retrouvé ensuite la tête d’affiche du jour, à savoir Manowar, sauf que le groupe a décidé d’annuler son concert le matin même, et alors qu’ils étaient sur le site… Heureusement le festival a su trouver la solution en proposant à Sabaton de remplacer Manowar au pied levé. Malgré l’extinction de voix du chanteur, le groupe se donnera à fond. Le reste du groupe ainsi que le choeur présent sur cette tournée prendront le relais côté chant. Le chœur donne vraiment une autre dimension à certaines chansons. Un vrai plus. Un beau spectacle, un bon show, le groupe ne fait pas du tout tache en tête d’affiche. Chapeau et merci à Sabaton d’avoir assurer (eux) !  Ils seront de passage au Zenith de Paris le 7 février avec Amaranthe et Apocalyptica (voir ici).

-Samedi-

Retour sur le site sous un beau soleil. Il va faire chaud aujourd’hui. Direction la Main Stage 2 pour voir le premier passage en France Fever 333. Le tout jeune groupe (formé en 2017), dispense une énergie folle sur scène, qui se répercute bien dans la fosse ! Il fera tellement chaud que les pompiers sortiront la lance à incendie pour rafraîchir le pit. Entre 2 titres le groupe remerciera le public et fera un peu de politique. Un super concert, qui fait partie de mes coups de coeur de cette édition. A revoir sur scène au Trabendo en novembre (voir ici). On continue la journée avec les Allemands de Eisbrecher pour leur première participation au Hellfest. Groupe de la Neue Deutsche Härte, ils tournent depuis le début des années 2000, et ne passent que rarement en France, mais ce concert va sans doute les inciter à revenir rapidement ! Le chanteur fera le show et tentera quelques mots en Français. Le groupe a visiblement passé un très bon moment et a même fait un petit résumé vidéo de leur journée au Hellfest (ici). Un peu avant la fin du set je tente d’aller voir la fin de Punish Yourself, mais beaucoup trop de monde profite du concert, et la tente déborde de tous les côtés. La seule solution est l’écran à l’extérieur de la Temple. Tant pis, ca sera pour une autre fois. On change de style pour se placer devant Archspire, qui nous propose du death metal technique. Il y a plus de monde sous l’Altar que dans tout le Canada selon le chanteur, mais dans la fosse on respire bien. Le son est bon et le pit motivé. Bon petit concert, où on profite en plus de passer un peu de temps à l’ombre ! Direction la scène principale pour Deadland Ritual, le super groupe avec au chant Franky Perez (Apocalyptica), à la guitare Steve Stevens (Billy Idol, Michael Jackson), à la basse Geezer Butler (Black Sabbath, Heaven and Hell) et à la batterie Matt Sorum (Y Kant Tori Read, the Cult, Guns N’ Roses…). Le concert est sympa mais sans plus, et le publique est présent en moins grand nombre que pour Eisbrecher qui est passé un peu avant sur la même scène. Passage maintenant par la Temple pour voir Combichrist. Les percutions sont au top, et la température bien haute sous la tente blindée. Je n’avais pas vu le groupe depuis 2009 quand ils sont fait la première partie de Rammstein, et je trouve leur présentation bien meilleure qu’à l’époque. Un bon moment bien énergique avant d’enchaîner les vieilles légendes, en commençant par Def Leppard où, désolé, mais je me suis plus ennuyé qu’autre chose. Ils ont laissé la place à ZZ Top qui fête les 50 ans du groupe. Le concert était sympa et à 70 ans ils sont quand même en forme ! Vient ensuite la tête d’affiche du jour : Kiss ! Toujours un show incroyable, avec pyro, feu d’artifice, jeux de lumière, les plate-formes qui montent, la scénographie … On regrettera quand même les temps morts entre chaque chanson avec beaucoup de blabla mais bon, faut bien que les papys reprennent leur souffle. Beaucoup de gens présents pour un gros show, et c’est compréhensible. Qu’on soit fan ou pas le spectacle est là, et il même sans connaitre la discographie par coeur, il y a tellement de tubes dans leur répertoire qu’on ne peut s’empêcher de fredonner.

-Dimanche-

Dernière journée, et grosse chaleur ! Clutch nous sert un super concert avec un set qui fait bouger la fosse. Neil Fallon a vraiment une voix sympa. On en redemandera. Vient ensuite le tour de Testament, dont le chanteur fête son anniversaire ce jour (Joyeux anniversaire Chuck Billy !). Le son n’est pas toujours top, et il fait bien chaud, donc c’est le bon moment pour aller s’hydrater en attendant les légendes d’Anthrax! Le ciel se couvre un peu et un petit air frais vient nous réveiller. On enchaîne les tubes avec par exemple un I am the law toujours aussi efficace, ou l’indéboulonnable Antosicial ! Le chanteur fera bouger tout le monde sur Wardance. Nice ! Pour les avoir vu quelques fois j’ai un peu l’impression d’assister toujours au même set, mais c’est toujours aussi bon, alors pourquoi pas ? Direction la Valley pour voir Phil Anselmo et un show spécial Pantera. Le public est moins tassé sous la Valley que pour d’autres groupes, mais répond quand même très bien aux sollicitations du chanteur. On sent une communion avec la fosse. L’ambiance est vraiment superbe, et ça chante beaucoup sous la tente, avec comme point d’orgue Walk. 7 titres de Pantera qui sont passés bien trop vite. Un des coups de coeur du weekend. Je tente ma chance du côté de la Warzone avec Beartooth, et j’en suis assez content. Le concert est très bon, et le pit est déchaîné ! On aura le droit à un petit solo de batterie au milieu du set pour calmer tout le monde, avant de repartir de plus belle ! Une bonne découverte. Retour sur la scène principale pour dire au revoir à Slayer! Une foule immense est massée pour rendre un dernier hommage aux légendes du Thrash ! Ca sera donc la dernière date en France du groupe, et quel show ! Les américains nous servent enfin du spectacle en plus des décibels, avec de la pyro, des lances flammes qui se croises, des murs de feu… Ils enchaînent les gros titres avec par exemple South Of Heaven ou Dead Skin Mask. On aura même le droit à quelques gouttes de pluie pendant Raining Blood. Même le ciel est derrière Slayer ! Très content d’avoir pu assister à leur dernier passage et surtout pour un show aussi énorme ! On clôturera cette édition avec Tool. Attendu depuis des années (dernier passage en France il y a 12 ans), le Hellfest ne pouvait pas passer à côté d’eux. Très belle imagerie et utilisation des écrans géants, avec en plus des jeux de laser qui aident à rentrer dans l’ambiance. J’ai croisé des fans qui ont trouvé le concert sublime, et des curieux qui ne connaissaient pas plus que ça et qui ont eu du mal à apprécier le show à sa juste valeur. Il faut dire aussi que c’était le 3ème voir 4ème jour de festival, et que la fatigue se faisait sentir. A ça il faut ajouter que le groupe n’est pas sur Spotify ou Deezer, ce qui est dommage car c’est moins évident de rentrer dans ce genre de concert quand on ne connait pas bien les chansons.

Conclusion

N’étant pas venu depuis 2016, je suis très content de l’agrandissement de la zone devant les Main Stages. Pour Rammstein en 2016 c’était beaucoup trop dense. Maintenant on peut respirer devant les plus gros groupes. Après le site reste quand même bien plein, et la circulation parfois laborieuse. Les décors sont toujours à couper le souffle, surtout à la nuit tombée avec les lances flammes et les jeux de lumière.

Les chiffres sont tombés : 880 000 pintes de bière vendues + 18 400 litres de vin, dont 12 300 litres de muscadet! Record battu avec un beau soleil mais surtout avec 4 jours de concerts plutôt que 3. Donc au final une consommation moyen un peu plus faible que l’an dernier.

Contrairement aux autres années, il n’y avait pas de prévente pour l’année prochaine sur le site du festival. Il va falloir attendre la rentrée pour ça.

Coups de coeur : Fever 333, Phil Anselmo, Eisbrecher, Slayer

Kilkim Zaibu 2019

Kilkim Zaibu 2019

The biggest Baltic folk pagan extreme metal festival KILKIM ŽAIBU invites you!

The 20th edition of KILKIM ŽAIBU will take place on June 21 – 23 on the great Lukstas lakeside by the glare of pagan bonfires – where we will again celebrate the feast for 3 days and 3 nights in true Baltic style!

Festival goers already know what to expect – carefully selected both local and international metal music artists, Baltic folk music groups, ancient fight clubs and craftsmen, bonfires and songs until the very morning light.

There will be a special silent area for tents, and guarded car parking place. In near village there are shops and hotel. There are also plenty possibilities for physical activities – viking football, basketball, volleyball, boat and catamaran rent.

3 Days Pass = 55€

Live-Report : BetiZFest 2019

Cela faisait plusieurs années que les affiches du BetizFest m’attiraient l’œil. Cette année sera la bonne ! Créé en 2003, le BetziFest organise en 2019 sa 17ème édition. Le festival a lieu au Palais des Grottes, au milieu d’un parc, à une dizaine de minutes de la gare de Cambrai. Le palais est une grande halle, où on y retrouve une scène avec 2 écrans géants, des stands de restaurations (sandwichs, boissons), des expositions, des jeux proposés par Les Dés Taquins (jeu de dames géant, puissance 4 géant, jeux de sociétés…), un stand de la boutique Star’s Music (avec des guitares à gagner), un stand sur le travail du cuir, du merchandising, …  Le site peut accueillir plusieurs milliers de personnes, et malgré le froid extérieur (8°C au plus chaud de la journée le samedi), la température y est correcte. A l’extérieur on retrouve l’espace fumeur, un barbier, les toilettes, et des stands frites/sandwichs et pizzas/pâtes.

Pour la restauration il faut utiliser des jetons « BetizEuros ». 1 jeton = 1€. Côté prix le festival est très très raisonnable. Le gobelet (avec affiche du festival dessus) est consigné à 1€, et il faut compter 2€ pour un soft ou une bière standard, 3€ pour La cuvée des Trolls. Pour le repas les chips sont à 1€, le sandwich est à 3€, tout comme les frites. Le sandwich américain ou la pizza est à 5€.
Il y a peu de queue aux stands et ça tourne bien. Un seul bar mais très efficace donc jamais de grosse attente. Et pour les campeurs (courageux vu la température la nuit mi-avril) est prévu un petit dej’ avec viennoiseries à 1€ et café à 50 cents. Toutes les stands tournent très bien et tout est fluide sur le site. Pour résumer le weekend ne va pas vous coûter un bras, et malgré les petits prix la qualité est au rendez-vous ! Un accueil comme on les aime.

Jour 1

Il y a une grosse file d’attente pour pouvoir rentrer sur le site et tous les stands de merch ne sont pas encore installés. Il est 18h30 lorsque que j’arrive dans la salle, juste à temps pour le début du concert de The Lumberjack Feedback. la formation sans chanteur mais avec 2 batteurs a la lourde tâche d’ouvrir les hostilités pour cette 17ème edition du BetizFest. Quelques dizaines de personnes sont présentes pour apprécier leur Doom puissant et lourd. Au milieu du set les 2 batteurs nous proposent un titre sans autres instruments et qui envoie vraiment du lourd ! Très bonne découverte. et très bonne entrée en matière !

La salle continue de se remplir quand arrive Hangman’s Chair.  Comme pour le groupe précédent, le concert sera retransmis en direct sur facebook (à retrouver sur la page du festival ici). Le set est pro et carré. Pas encore de pogo dans la fosse mais ça va vite venir avec le groupe suivant.

Après une pause pour s’hydrater on attaque un concert un peu plus énergique avec Rise Of The Northstar. Le plus Japonais des groupes Français est très attendu au vu du nombre de personnes faisant la queue en permanence devant leur stand de merchandising. Kimonos et masques Japonais sont de sortie. Malgré un genou en vrac, Vitia passera son temps à bouger sur scène. Une grosse énergie sur scène et une grosse ambiance dans la fosse avec circle pits et pogos. Il est 22h45 et c’est avec un peu de retard que la tête d’affiche de cette première journée monte sur scène. Les anglais de Paradise Lost joueront ici leur seule date Française de la tournée. Beaucoup d’albums seront représentés ce soir avec un petit plus pour Draconian Times ainsi que pour le dernier disque : Medusa. Une chanson sera même dédiée au Brexit : « No Hope In Sight« . Tout un message ! Le groupe ne semblait pas au meilleur de sa forme, mais fera quand même passer un bon moment.

Il est minuit passé, et certains sont déjà reparti, mais Sick Of It All n’a vraiment pas envie qu’on s’endorme. Cette première journée va se clore avec une décharge d’énergie, et des fans sur la scène. Au final de bons concerts et une organisation en béton. Les retransmissions sur facebook et les écrans sur chaque côtés de la scènes sont de très bonnes idées. Première journée au top. Vivement la seconde !

Jour 2

Après un accueil sur le site par la fanfare Mortal Combo, c’est à Virgil de lancer officiellement cette seconde journée de festival. Le Blackened Deathcore n’est pas forcément mon style de prédilection, mais il faut leur reconnaître une bonne exécution, et ils sont à l’aise sur scène. Pour les amateurs du genre leur prochain album est déjà en précommande sur leur site. Autre représentant du nord , Oddism monte maintenant sur scène pour faire raisonner son Mathcore dans le palais des grottes. Commencer un titre en hurlant avec le micro dans le dos est un style, mais dans une grande salle comme ici c’est un peu dommage pour ceux qui ne sont pas collé à la scène. Toujours est-il que le groupe frappe fort, l’envie d’en découdre est présente, et on en prend plein les tympans. On passe à un style plus calme avec Sticky Boys. Toujours aussi actifs, les parisiens ne sont plus à présenter. Toujours positif, les rockeurs se sont donner comme objectif de nous faire bouger… et de nous voir nous pinter la gueule ! On prend et on en profite bien pendant ce set enflammé de 45 minutes ! Après un peu d’humour pendant les balances (la meilleur partie c’est les balances dixit le chanteur), il est 19h quand Pogo Car Crash Control monte sur scène. Ca joue vite et bien. Malgré son opération des dents de sagesses il y a peu, le chanteur ne se démonte pas. Tout le groupe y va à fond, et le guitariste tentera même le slam. La température continue son ascension dans le palais des grottes. Et ça va encore monter d’un cran avec Bukowski! Les parisiens sont des habitués du festival. Ils en sont à leut 3ème passage en 6 éditions. Ce concert fait partie de la tournée Strangers tour part.2. J’avais eu l’occasion de les voir il y a 2 mois durant cette même tournée, et c’est toujours aussi bon ! Un power rock comme on les aime.

Le Sold Out du festival pour la seconde journée est annoncé pendant que les suédois d’In Flames sont sur scène. Ils viennent présenter leur nouvel album I, The Mask, sortie le mois dernier, et qui est bien mieux accueillis que leur 2 opus précédents. Dans les représentants du dernier album,  I am above et This Is Our House sont très efficaces en live. Le groupe est en forme et prend du plaisir sur scène. Le set est plein de tubes que le groupe a généré pendant ses 25 ans de carrière, et on regrettera seulement que la durée du set qui est trop court. 1h15 qui passeront en un rien de temps et s’achèveront sur le titre bien nommé The End.

Il nous reste une demi heure pour reprendre des force avant la Furia de Mass Hysteria. Le groupe fait une très grosse tournée, avec notamment le Hellfest (Main Stage 2, vendredi 21 juin), et le Zenith de Paris en fin d’année. Tête d’affiche lors de leur dernier passage au Betizfest (2016), ils clôturent cette année le festival, et d’une très belle façon. Le fosse est en feu et les tubes s’enchaînent. Vae soli, Positif à bloc, World on Fire, l’enfer des dieux … avec 26 ans au compteur et 9 albums le groupe a de quoi nous régaler. Pogos et bravehearts se déchaînent jusqu’à ce que retentissent les dernières notes de Furia.

Il est minuit 30 lorsque le concert, et donc le festival, se termine. Pour conclure le festival est bien rodé, avec une affiche éclectique et de qualité. On s’y sent bien, et les prix sont très agréables. Un festival que je recommande grandement ! A l’année prochaine BetizFest !

BetizFest : site web, facebook, twitter
BetizFest sur l’agenda : édition 2019, historique
Pour revoir les lives c’est par ici : https://www.facebook.com/pg/betizfest/videos/

53 nouveaux noms pour le Wacken Open Air 2019

Pour Pâques le Wacken Open Air 2019 nous annonce 53 nouveaux noms pour son édition 2020, à savoir : Acres, Alabama Black Snakes, Axxis, Bai Bang, Bloodywood, Brass Against, Brenner, Cancer, Cesair, Christopher Bowes and His Plate of Beans, Coppelius, Damnation Defaced, Dampfmaschine, Der Fluch des Drachen, Diamond Head, Diary of Dreams, Die From Sorrow, Dream Spirit, Drunken Swallows, Duivelspack, Extrabreit, Fiddler’s Green, Jared James Nichols, Kvelertak, Molllust, Mono Inc, Monstagon, Mr. Hurley & Die Pulveraffen, Nailed To Obscurity, Operus, Paddy and the Rats, Ragnaröek, Reckless Love, Reliquiae, Saor, Saxon, Sibiir, Sikth, Skald, Skyline, Skynd, Soul Demise, Stoneman, Tanzwut, The Linewalkers, The Moon & The Nightspirit, The O’Reilleys and The Paddyhats, The Rumjacks, The Sinderellas, Tuxedoo, Unleashed, Victims of Madness, Violons Barbares

Ils rejoignent Sabaton, Demons & Wizards, Slayer, Parkway Drive, Powerwolf, Prophets Of Rage, Body Count, Anthrax, Within Temptation

Le Download Festival France revient en 2020 !

Le Download Festival France revient les 29, 30 et 31 mai 2020 sur la base 217 à Bretigny (même endroit que les éditions 2017 et 2018). La base aérienne va pouvoir de nouveau accueillir des dizaines de milliers de Metalleux, et du gros son !

Pas encore de groupes annoncés, mais pour que le festival bloque ses dates aussi tôt (et pas le même weekend que les autres années), c’est qu’il y a un gros poisson de prévu. Et parlant de gros poisson, Yoann le Nevé (co-fondateur du Hellfest), dans une interview à Noise Mag (avril-mai 2019), dit en parlant de Metallica : « Ils doivent tourner l’an prochain, mais Live Nation va sûrement acheter toutes leurs dates européennes« . De la à penser que Metallica sera peut être présent au Download Festival France 2020 (qui est organisé par Live Nation) … On espère des nouvelles rapidement !

Voici une extrait du communiqué de presse du festival :

En 2020, le Download Festival France fera son retour en Ile-de-France pour sa 4ème édition avec une nouvelle formule toujours Rock, plus verte, soucieuse de son implantation territoriale, humaine et conviviale, plus en phase avec les attentes des festivaliers. Tout pour faire de cet événement, une expérience unique en son genre !

Les 29, 30 et 31 mai 2020, les scènes du Download festival, référence mondiale du Rock et du Metal, reviendront en Essonne, sur La Base 217 au Plessis-Pâté. Installé sur 55 hectares entièrement dédiés au festival, le Download se déroulera sans interruption pendant trois jours, juste avant le lundi férié de Pentecôte.

Les festivaliers du Download ont montré jusqu’à présent leur goût pour la vie au camping, pour les initiatives locales, ils ont été réceptifs aux expériences proposées en plus des concerts. C’est pour cette raison que les organisateurs ont imaginé pour 2020 un lieu de vie à part entière où camping et festival ne font plus qu’un. Le festival aura comme cœur ses scènes et leurs concerts autour desquels viendra s’articuler une expérience festivalière accrue, laboratoire d’initiatives artistiques, sportives, associatives, le tout pensé à travers le prisme du développement durable.

Download France : Facebook, Website
Download France sur l’agenda : édition 2020, édition 2018, édition 2017, édition 2016
Rumeur : Metallica

Zoom sur le jeudi 15 Août du Motocultor 2019

Voici le communiqué de festival qui fait un focus sur la journée événement du Jeudi 15 Août du Motocultor 2019 !

Le Motocultor Festival s’est doté, comme vous le savez déjà, d’une 4ème journée unique qui fait le lien entre la programmation rock du festival et la musique celtique.
Zoom aujourd’hui sur sa composition et le visuel qui lui est dédié, créé par Fortifem !

Avant de vous dévoiler la distribution d’Excalibur et ses noms mythiques, rappelons qu’Alan Stivell, chanteur multi instrumentiste, sera également de la partie !
Une fierté, pour le festival, qui souhaite diversifier son public et mettre en avant les cultures bretonne et celtique.

Corvus Corax et Stille Volk ouvriront cette première journée dans des esthétiques plus médiévales. Les suisses d’Eluveitie, valeur sûre du Folk metal, seront l’une des attentes fortes du public, cher à l’équipe du Motoc’ !

Excalibur, the Celtic Rock Opera : 120 artistes sur scène !
C’est un cru ambitieux qu’Alan Simon propose pour les 20 ans de l’opéra rock Excalibur !
Des artistes internationaux issus de prestigieux groupes seront accompagnés d’artistes nationaux et locaux de renom. Alan Simon et ses acolytes fédèrent, une fois de plus, autour du mythe d’Excalibur.

Parmi ces artistes, on citera notamment Michael Sadler du groupe canadien Saga, référence du rock progressif, John Helliwell, saxophoniste de Supertramp qui a aussi officié dans Thin Lizzy ou Pink Floyd, Jeremy Spencer de Fleetwood Mac, groupe notamment connu pour son album Rumours, sorti en 1977, vendu à ce jour à 40 millions d’exemplaires (ce qui en fait un des albums les plus vendus au monde !)

Mentionnons aussi Martin Barre, guitariste du groupe anglais Jehtro Tull, ovni musical naviguant entre les musiques classique, celtique et blues, l’art rock et le rock alternatif. C’est notamment grâce au jeu de Martin Barre que le groupe remporte, en 1988, le Grammy Award du meilleur album de hard rock (pour lequel concourrait également Metallica).
Et Richard Palmer-James de King Crimson, Jerry Goodman de Mahavishnu Orchestra, Jacqui McShee de Pentangle, Sonja Kristina de Curved Air, Gerry Conway de Fairport Convention.
Avec, enfin, la participation de Christian Décamps de Ange & celle du guitariste Mattrach aux 100 millions de visiteurs sur Youtube !

A cette distribution impressionnante, s’ajouteront d’autres formations musicales bretonnes et/ou celtiques : le Bagad d’Elven, un orchestre symphonique, une compagnie de danse irlandaise, et le virtuose de la guitare, Dan Ar Braz.

KnotFest France 2019 ?

Zegut nous fait encore des confidences et nous parle aujourd’hui d’un KnotFest France 2019 qui se tiendrait à Clisson, sur le site du Hellfest, le jeudi 20 juin. Le festival serait indépendant Hellfest, et aurait sa propre billetterie. On y retrouverait notamment Slipknot, Rob ZombieSabaton et Papa Roach.

Voici le message posté par Zegut sur sa page facebook : « Knot Festival Clisson avec Slipknot, Rob Zombie, Sabaton, Papa Roach, au total 10 groupes le jeudi avant le Hellfest.
C’est un festival à part du Hellfest il y aura une billetterie« 

Resurrection Fest 2019 : Parkway Drive + Trivium + Testament + Kvelertak + While She Sleeps

Première annonce pour le RESURRECTION FEST 2019 qui aura lieu du 3 au 4 juillet à Viveiro avec :
Parkway Drive (Only Show in Spain & Portugal in 2019 & 2020, 1st Full Production Show)
Trivium (Only Show in Spain in 2019)
Testament
Kvelertak (Only Festival in Spain in 2019)
While She Sleeps (Only Show in Spain in 2019)

Mise en vente des billets lundi à 11h.

Dynamo Metal Fest 2018 – Running Order

Dynamo Metal Fest 2018

 

 Ghost
 Ministry
 Sons Of Apollo
 Overkill
 Annihilator
 Leprous
 I Am Morbid
 Havok

Historique :
Pays-Bas 14/07/2018 Dynamo Metal Fest 2018
Pays-Bas 15/07/2017 Dynamo Metal Fest 2017
Pays-Bas 16/07/2016 Dynamo Metal Fest 2016
Pays-Bas 18/07/2015 Dynamo Metal Fest 2015


 

 

Sylak Open Air 2018 – Le Running Order est en ligne !

Sylak Open Air 2018

 

Alcatraz Metal Festival 2018 – Running Order

Alcatraz Metal Festival 2018

Hellfest 2019 : Manowar + Dropkick Murphys + Slayer + Carcass + Mass Hysteria

Les dates et les premiers noms sont tombés pour le Hellfest 2019 ! Nous pourrons donc y voir du 21 au 23 juin 2019 :

  •  Manowar pour le dernier show du groupe en France (tournée d’adieu) avec une setlist créée par les votes des fans
  •  Slayer pour le prochain et dernier concert du groupe en France (tournée d’adieu)
  •  Dropkick Murphys
  •  Carcass
  •  Mass Hysteria