Resurrection Fest 2019 : Parkway Drive + Trivium + Testament + Kvelertak + While She Sleeps

Première annonce pour le RESURRECTION FEST 2019 qui aura lieu du 3 au 4 juillet à Viveiro avec :
Parkway Drive (Only Show in Spain & Portugal in 2019 & 2020, 1st Full Production Show)
Trivium (Only Show in Spain in 2019)
Testament
Kvelertak (Only Festival in Spain in 2019)
While She Sleeps (Only Show in Spain in 2019)

Mise en vente des billets lundi à 11h.

Dynamo Metal Fest 2018 – Running Order

Dynamo Metal Fest 2018

 

 Ghost
 Ministry
 Sons Of Apollo
 Overkill
 Annihilator
 Leprous
 I Am Morbid
 Havok

Historique :
Pays-Bas 14/07/2018 Dynamo Metal Fest 2018
Pays-Bas 15/07/2017 Dynamo Metal Fest 2017
Pays-Bas 16/07/2016 Dynamo Metal Fest 2016
Pays-Bas 18/07/2015 Dynamo Metal Fest 2015


 

 

Sylak Open Air 2018 – Le Running Order est en ligne !

Sylak Open Air 2018

 

Alcatraz Metal Festival 2018 – Running Order

Alcatraz Metal Festival 2018

Hellfest 2019 : Manowar + Dropkick Murphys + Slayer + Carcass + Mass Hysteria

Les dates et les premiers noms sont tombés pour le Hellfest 2019 ! Nous pourrons donc y voir du 21 au 23 juin 2019 :

  •  Manowar pour le dernier show du groupe en France (tournée d’adieu) avec une setlist créée par les votes des fans
  •  Slayer pour le prochain et dernier concert du groupe en France (tournée d’adieu)
  •  Dropkick Murphys
  •  Carcass
  •  Mass Hysteria

Live-Report : Download Festival France 2018

Le Download Festival est de retour sur la Base Aérienne 217 à Bretigny (91) pour cette année 4 jours de gros son ! Le festival qui devait avoir lieu du vendredi 15 au dimanche 17 juin se verra ajouté une 4ème journée le lundi 18 juin pour profiter de la tournée de Guns N Roses en Europe. Les têtes d’affiche seront donc cette année Ozzy Osbourne pour le vendredi, Marilyn Manson pour le samedi, Foo Fighters pour le dimanche, et enfin Guns N Roses pour le lundi.

Côté site on reste à peu près sur la même configuration que l’an dernier. Le metal market va passer de 4 tentes à un chapiteau. L’Antichambre (tatoueurs + barbiers) a été agrandie. On a un peu plus d’endroits où s’asseoir, ainsi que plus de zones d’ombre. La zone concerts compte toujours 4 scènes : Main Stage 1 et 2, Warbird Stage (avec un toit), et Spitfire Stage (petite scène à gauche quand on rentre sur le site depuis le camping).

—-

Jour 1

Cette première journée du festival commence pour moi par Powerwolf. Les allemands nous délivre un bon set dont ils ont le secret avec une bonne communication (en partie en Français), où le groupe nous apprend notamment qu’ils sera de retour en France en octobre pour une date au Bataclan (voir ici). C’est au tour d’Alestorm de prendre place sur scène avec leur canard gonflable géant. Les pirates déroulent leur set devant une foule conquise. Je passe faire un tour par la 4ème scène pour voir les français de Sidilarsen. On se demande parfois si on est sur un dancefloor. Opeth ne donne pas son meilleurs concert, et je vais donc voir du côté de la Warbird Stage ce que nous propose nos amis de Underoath. Il en résulte un bon post-hardcore avec une bonne présence sur scène. Sur la Main Stage 2 c’est Ghost qui arrive. Le groupe confirme une fois de plus son statut de futur tête d’affiche. La scène est travaillée avec un fond de scène représentant des vitraux, et une scène à plusieurs niveaux avec un grand escalier. Le show est bon, carré. La communication avec la fosse se fait bien.

Il est tant d’accueillir la légende : Ozzy Osbourne ! A 70 ans papy tient encore bien la route, même s’il aura besoin d’un gros break en milieu de set qui sera occupé par une partie instrumentale dont un très long solo de batterie. Trop long diront certains. Le décors est composé d’un écran en forme de grande croix au milieu du fond de la scène, avec un écran géant de chaque côté. Les hits s’enchaînent avec des titres comme No More Tears et Crazy Train, et Black Sabbath n’est pas oublié avec Fairies Wear Boots, War Pigs, et une magnifique clôture du set sur Paranoid ! Très bonne première journée du festival, avec une météo parfaite : un beau soleil, juste quelques nuages de temps en temps, et une température qui n’a pas dépassé les 25°C.

—-

Jour 2

J’arrive sur le site vers 17h. Il y a plus de monde sur le parking que la veille. Les t-shirts du Download sont déjà en partie sold out. Il faut croiser les doigts pour qu’ils en produisent un peu après l’événement. Sur la seconde scène c’est les français de Betraying The Martyrs qui mettent l’ambiance. Mais pourquoi le chanteur nous parle t-il en anglais entre les chansons ? Pas grave, il y a quand même une belle activité en fosse et on passe un bon moment. Le public est chaud et la température va encore monter d’un cran avec Hollywood Undead sur la Main Stage 1 ! Ils feront monter un spectateur sur scène pour jouer un morceau avec eux. On aura le droit à de petits covers de Metallica et Rammstein, et même des Guns pour quelques secondes. Un très bon show.

Je passe jeter une oreille à Mantar sur la Spitfire stage avant de rejoindre la 3ème scène pour Ultra Vomit ! Le groupe aurait clairement du jouer en Main Stage au vu du monde qui se tasse devant la scène. Le concert / spectacle comique est excellent et on a hâter de retrouver les nantais sur scène à l’automne (avec notamment un passage à l’Olympia). Le soleil est toujours là pour accueillir The Offspring. Malgré quelques problèmes de son (le micro de Dexter n’était pas toujours assez fort) l’ambiance est au rendez-vous. On aura le droit à de nouveaux titres, mais on restera quand même sur une majorité Americana / Smash. Place ensuite Marilyn Manson. De longues pauses entre les chansons casseront un peu la dynamique d’un set composé de beaucoup de hits. Ca n’est sera pas moins un bon concert avec comme point d’orgue de ce show Sweet Dreams. Seconde journée bien dynamique avec encore une météo parfaite. 

—-

Jour 3

Le parking n’a jamais été aussi plein. Il y a visiblement beaucoup de monde pour les Foo Fighters au vu du nombre de t-shirts du groupe qu’on peut apercevoir sur l’aérodrome. Certains de leur t-shirts en vente au stand merchandising sont déjà sold out à 18h. Le sol commence a sentir les 3 jours de beau soleil et de piétinement. Sur la seconde scène c’est Dead Cross qui mène la danse. Le concert est sympa, mais n’attire pas tant de monde que ça dans la fosse, les gens préfèrent profiter du concert de loin, tranquillement posés dans l’herbe. Le concert se finira par un mini cover de Slayer. Bizarre de finir comme ca, surtout que le set fini à 18h35, donc 15 min en avance. Ils ont oublié le rappel ? Perturbator se lance sur la 3ème scène (le groupe sera de retour à Paris le 29 mars 2019) tandis qu’une grosse foule attend The Hives. Comme la dernière fois où je les ai vu la présentation du groupe prend une éternité, mais cette fois même des gens dans le public sont présentés… vraiment trop long. C’est au tour de Mass Hysteria de rentrer en scène. Les Français sont très bien accueillis par le public du Download et va mettre la Furia sur l’aérodrome ! Un concert spéciale “out of the sutio” en attendant le prochain album intitulé “Maniac” et qui sortira le 26 octobre. Un bon show avec ballon au début du set, pom-pom girls et danseuses vers la fin, et comme d’habitude une énergie folle sur scène et dans la fosse. Le groupe n’oubliera pas d’y descendre pour faire un titre au milieu d’un monstrueux circle pit.

Il est 21h quand Foo Fighters arrive. Le groupe nous délivrera une vingtaine de titres de son répertoire, ainsi que quelques covers sympa pour présenter les différents membres du groupe, comme du Alice Cooper pour le guitariste, du Queen pour le bassiste, John Lennon pour le pianiste, The Ramones pour le second guitariste… Niveau spectacle on retrouve la batterie sur vérins et un écran géant en fond de scène. Le chanteur de The Struts (qui est passé plus tôt dans la journée ) rejoint la scène pour interpréter un titre de Queen : Under Pressure. Un bon concerts des Foos pour conclure ce 3ème jour.

—-

Jour 4

Ca y est, on arrive au dernier jour du festival. Il y a moins de monde qu’hier sur le parking et sur le site. La seconde scène est déjà en partie démontée. Le public est un peu plus familiale et un peu moins jeunes. La journée commence pour moi avec un bon concert de Jonathan Davis. C’est la première fois que je le vois en dehors de Korn, et c’est intéressant de le voir dans un registre beaucoup plus calme. Le set est terminé. Je me dirige vers la warbird stage. Sur le chemin on entend déjà les applaudissements. Greta Van Fleet commence son set devant une foule trop importante pour la 3ème scène. Dure de profiter du concert à cette distance, mais avec le beau soleil qu’on a, on peut au moins profiter d’une pause allongé dans l’herbe. Volbeat arrive en Main Stage 1, devant une foule à conquérir. Le set de Seether commence alors que les Danois n’ont pas encore fini leur prestation. Dommage de ne pas avoir alterné les 2 scènes. La foule arrivera donc plus tard pour voir les Sud Africains et heureusement que ces derniers ont gardé le meilleur pour la fin en concluant avec le titre Remedy. Tout le monde se dirige vers la scène principale. La chaleur est au rendez-vous. Un écran géant est visible en fond de scène. Y est diffusée une vidéo tournant en boucle qui met en scène un tank avec les logos des Guns, du Download et du Graspop. Ce dernier roule sur un tas de cranes et tire de temps en temps. Le groupe a déjà 15 minutes de retard. Ca y est la vidéo change, ça commence ! On est partie pour plus de 3H de hard rock, avec un set qui va revisiter toute la discographie des Guns N Roses, et en plus quelques covers (Soundgarden, Pink Floyd, The Who…). Magnifique façon de conclure cette 3ème édition du Download Festival France !

—-

Conclusion

Avec 120 000 entrées sur le weekend, c’est autant que l’an dernier, mais sur 4 jour, ce qui était parfait pour les festivaliers. Le site est grand et bien organisé. Les concerts s’enchaînent bien, l’ambiance est bonne et les nouveaux aménagements sont bienvenues (plus de zones d’ombre, tente “fraîcheur”, metal market sous un grand chapiteau…). Il ne reste plus qu’à attendre les informations sur l’édition 2019. Rendez-vous à la rentrée !

Motocultor Festival 2018 : le running order est en ligne !

Les horaires du Motocultor Festival 2018 sont en ligne ! Pour rappel le festival aura lieu du 17 au 19 août 2018 à Saint-Nolff (Bretagne).

Live-Report : Greenfield Festival 2018

Le Greenfield Festival à lieu tous les ans le second weekend de juin, et ce depuis 2005. Il a lieu sur l’aérodrome d’Interlaken (juste à gauche du logo du festival sur la photo ci-dessous), entre deux lacs et des montagnes, autant dire que le paysage est magnifique.

Et c’est dans ce décors de carte postale qu’ont joué  Volbeat The Prodigy Limp Bizkit et bien d’autres, du 7 au 9 juin 2018. 39 groupes qui s’enchaînent sur 2 scènes, mais malheureusement ces 2 scènes ne fonctionnent pas en alternance. Il va donc falloir faire des choix ! Les groupes commencent entre 13h20-14h35 en fonction des jours, on peut entendre les derniers riffs sur la main stage vers 1h du matin, et pour les plus courageux la Party Zone restent active jusqu’à 5h du mat’.

Concernant le site

Le festival aillant lieu sur un aérodrome, le site est assez grand, tout plat, avec les campings a proximité immédiate de la zone des concerts. Une partie de la zone concert est sur du béton, une autre sur de l’herbe, ce qui évite de patauger dans la boue lorsqu’il pleut, et qui permet aussi de se poser tranquillement dans l’herbe lorsque le soleil est au rendez-vous. Niveau activités on retrouve au Greenfield une party zone, ainsi que des auto-tamponneuses, un manège à sensation, et un village médiévale.

Panorama de la zone concert du Greenfield

Pour ce qui est de la restauration il y a du choix, et énormément de stands de burgers. Niveau prix un plat tourne entre 11Fr et 15Fr (9,5 – 13€), les burgers sont à 9-10Fr (~8€), les frites à 6Fr (5€) et niveau boisson la bière de 0,3L est à 5,5Fr (4,75€) avec en plus 2Fr de consigne pour le gobelet, et les cocktails tournent autour de 10Fr pendant que les shots sont à 6Fr. Je n’ai pas vu de queue que ce soit au stands boissons/nourriture, aux contrôles d’entrée ou aux toilettes à part côté main stage le dernier jour. Le seul point qui prenait un peu plus de temps est le stand recyclage. Il y a beaucoup d’endroits pour s’asseoir et manger à l’abris du soleil ou de la pluie. La zone festival est bien plus propre que sur la plupart des festivals que j’ai pu faire.

Greenfield 2018 : Talco

Jour 1

Avec un trajet un peu plus long que prévu pour venir jusqu’au site, je rate la plus grosse partie du set de Talco. Comme aucun groupe ne joue sur la prochaine demi-heure je me balade un peu en attendant Anti-Flag. Les américains arrivent enfin sur la scène principale et nous délivre un set énergique et très politisé. Ils finiront leur set avec Brandenburg gate jouée en partie depuis la fosse. Un petit vent rafraîchissant se lève pendant Bloodred Hourglass qui nous propose un bon death metal devant un public massif pour l’heure. De l’autre côté du site c’est Shinedown qui monte sur scène. Le chanteur essaie de faire bouger d’avantage la fosse, mais avec un succès mitigé. Pas grave, le groupe enchaîne les titres, et le public commence a chauffer. Leur dernier album Attention Attention sortie de 4 mai dernier n’est pas oublié. Le chanteur descend dans la fosse pour la faire bouger, mais parle pendant 3min plutôt que d’enchaîner. Dur de garder le public actif dans ces conditions. Le set reprend tout de même et s’achèvera sur le très beau titre Second Chance. Je profite du concert de Mantar pour faire une petite pause en les regardant assis dans l’herbe à l’ombre de la régie son. Asking Alexandria nous gratifie d’un bon set depuis la main stage, avant de laisser sa place à Bury Tomorrow. Avant même de voir les anglais on sent le sol tremblé. Le groupe nous offre une débauche de décibels, et le public y répond par le record de la journée en circle pit, braveheart et pogo. L’ambiance est excellente, et le set sera conclue par le titre Black Flame, issu de leur album du même nom à sortir le 13 juillet. C’est au tour de The Hives de donner de la voix. Après l’enchaînement de gros son que l’on vient d’avoir, les Suédois font bien calmes. Le set n’en est pas moins sympathique, malgré les longueurs, notamment dans la présentation du groupe qui mériterai d’être raccourcis. Sur la seconde scène arrive Dead Cross. Il n’y a pas grand monde dans la fosse, et le chanteur en est amené à demander qui joue sur l’autre scène, et ce n’est autre que Parkway Drive! Le nuit tombe, la fraîcheur arrive, et un public massif se presse devant les australiens. Ces derniers font la part belle à leurs 2 derniers albums, avec plus de 2/3 du set qui leur est consacré. Leur dernier opus s’en sort d’ailleurs très bien en live. La mise en scène, le décor et les lance-flammes sur scène et au dessus de la scène contribuent à un très bon concert. Malgré la fumée un peu trop présente et qui empêche parfois de bien voir le groupe, le spectacle est tout de même au rendez-vous, notamment quand le batteur jouera par moment la tête en bas. Ils finiront leur set sur l’efficace Bottom Feeder et avec feu d’artifice. Encore 45 minutes à attendre avant la tête d’affiche du jour : The Prodigy ! Le groupe commencera avec un peu de retard, et la fosse est un peu moins dense que pour Parkway Drive. Nous aurons le droit à de nouveaux titres qu’ils ont commencé à jouer lors de leur tournée fin 2017, agrémentés des grands classiques habituels. Le groupe a un potentiel énorme, et c’est un peu dommage qu’ils y est tant de temps morts durant leur prestation. Ca sera tout de même un excellent moyen de finir cette première journée bien remplie.

Greenfield 2018 : Asking Alexandria

Jour 2

On commence cette seconde journée en “douceur” avec Alexisonfire sur la scène principale. La formation nous offre un bon concert qui sera agrémenté de beaux circle pits. Direction la seconde scène pour voir Being As An Ocean sous un soleil qui tape. Leur hardcore mélodique est puissant et les passages plus posés bienvenue rendent leur composition plus facile d’accès. Comme d’autres ce weekend le chanteur finira par descendre chanter depuis la fosse. Du monde quitte la zone alors que le concert n’est as fini. Ca doit être l’heure de notre dose de pure fucking metal. Arch Enemy est présent pour nous la fournir! Ce concert s’inscrit dans la tournée Will to power qui passera par toute l’Europe et ses principaux festival cet été. Tout se déroule tranquillement mais le temps se couvre et on va finir par y avoir droit. Les 30 dernières minutes de la prestation se fera sous une pluie continue. Des gens fuient la pluie mais il reste suffisamment de courageux pour finir le set comme il se doit. Kadavar ne peut malheureusement pas assurer leur passage au festival en raison de l’annulation de leur vol. Après quelques festivals cet été le groupe sera de retour dans nos contrées pour une tournée en salle à partir d’Octobre avec Monolord. En attendant c’est le groupe Suisse Self-Service qui les remplace sur la seconde scène. Le groupe avait participé au Greenfield Band Support Day. Je fais l’impasse sur ce concert pour rester un peu au sec et attend Broilers. Les Allemands sont des habités du festival vu qu’ils en sont à leur 4ème passage en 9 ans. Pendant que les premières notes de Zurück zum Beton résonnent sur l’aérodrome on voit une armée de poncho rejoindre la masse de fan déjà présente devant la scène. L’ambiance est au rendez-vous ! Leur reprise de Ghostbusters est quand même quelque chose. La pluie se calme sur la fin de leur prestation d’1h15. Un petit tour par la seconde scène et je profite quelques minutes de Less Than Jake. Le groupe de Ska/Punk aime parler avec le public et faire monter des gens sur scène. Le show est très festifs, mais il temps pour moi d’aller voir Rise Against. Le groupe passe son mois de juin en Europe avec une dizaine de festivals plus quelques dates en salle. On aura le droit ici à une super ambiance, même si la chaleur retombe un peu de temps en temps pendant les discours très engagés de Tim McIlrath. Il y a maintenant un trou de 15 minutes dans le running order. Je m’approche de la seconde scène et la vois pour la première fois presque pleine. Beaucoup de gens attendant Oomph! Le chanteur communique très bien avec la fosse, et les lumières donnent parfois une petite ambiance boite de nuit. Je ne reste pas jusqu’au bout mais assez pour profiter de titres comme gott ist ein popstar ou mein schatz. le groupe fera une tournée pour son nouvel album en mars 2019. Je délaisse donc les allemands pour aller voir Limp Bizkit sur la scène principale. Vraiment dommage comme clash, alors qu’il y a eu une pause sans groupe juste avant. La tête d’affiche du jour va bientôt attaquer. On entend résonne Purple Rain, puis DJ Lethal nous fait un petit mix avant qu’on ne voit arriver Fred Dust et son pantalon à fleur. Et là tout s’enchaîne. The Fuck Song, Rollin, Faith, … Comme à son habitude le biscuit boiteux nous propose un mélange de tubes issues de leurs créations et de reprises. Cette tournée marque le retour de DJ Lethal. Ce dernier était parti en 2012 après l’album Gold Cobra, mais est revenu et bien présent. On sent aussi une belle complicité entre Wes et Fred. Un très bon concert comme tous ceux de LB que j’ai eu l’occasion de voir, mais trop court : moins de 1h10, ils auraient pu faire durer le plaisir ! Encore une très bonne journée au Greenfield malgré la pluie qui s’est invitée, mais qui n’a pas été assez forte pour faire retomber l’énergie de cette seconde journée.

Greenfield 2018 : Broilers

Jour 3

Backyard Babies a la lourde tâche de réveiller le festival pour cette 3ème et dernière journée de concerts. Il est 13h20 et déjà quelques centaines de personnes sont sur le site, dont une partie devant les suédois. Le groupe nous explique que s’ils jouent si tôt c’est parce qu’ils ont un autre festival dans la soirée. Ils font leur taff et laisse les festivaliers sans concert pour un moment. Je m’économise et vais faire une sieste avant de revenir sur le site. La chaleur est monté d’un cran à Interlaken, et encore plus devant la main stage ou Korpiklaani nous envoie du lourd. Le groupe n’a pas de fond de scène et soufre de problèmes de son (des bip bip). S’en suivra le concert de  Fjort sur la seconde scène. Le son est puissant, mais les discours en allemands entre les titres, quand on ne comprend pas, c’est long… Je les laisse pour retrouver Eisbrecher. Ils commencent leur set cachés derrière un grand drap. En tombant il révélera une scène à 2 niveaux plus élaborée que pour la plupart des autres groupes passés au même endroit. Les titres s’enchaînent. Après 25 minutes il est temps de mettre la doudoune pour le groupe : de la fausse neige tombe sur scène. Heureusement ce n’était que pour un titre : il fait chaud ici alors avec un manteau en plus…  Un pupitre débarque pour this is deutsch. L’ambiance est chaude dans la fosse. Le chanteur fera même un peu de rap juste avant la fin du set. A l’autre bout de la zone c’est Stray From The Path qui commence par Outbreak. Il pleut de nouveau et ça s’intensifie. La météo fera fuir du monde.  Il reste tout de même beaucoup de festivaliers pour attendre Bullet For My Valentine. Les gallois nous fourniront un set carré, avec notamment un énorme solo de batterie, et des titres comme Your Betrayal, Tears Don’t Fall ou Waking the Demon. Place à Stick To Your Guns, mais la pluie s’intensifie, et je ne verrai donc que 2 titres. La météo n’est décidément pas de notre côté aujourd’hui.  The Offspring nous offrira 3 classiques avant de proposer un titre du dernier album. L’ambiance est très festives dans la fosse. Le set fera la part belle à Americana et Smash. Pour moi le meilleurs concert du weekend. Je passe jeter une oreille à Zeal & Ardor, avec son style unique, avant de retourner devant la Main Stage. Volbeat doit maintenant clôturer le festival. Le groupe est très attendu au vu du nombre de personnes portants des t-shirts avec leur logo. Ils font honneur à leur réputation malgré une scène à laquelle il manquait un peu de spectacle (on se souviendra de leur show avec lance-flammes). Au final cette journée aura été celle avec le plus de monde, le plus de pluie, et clairement la meilleure ambiance.

Greenfield 2018 : Eisbrecher

Conclusion

Le Greenfield propose un festival a taille raisonnable, avec des affiches de qualité, au milieu d’un cadre magique. Tout est très bien organisé, et qu’on y passe un excellent weekend. Le festival a fait cette année 72 000 entrées sur le weekend. On n’attend plus qu’une chose : la prochaine édition, qui aura lieu du 13 au 15 juin 2019 !

La ‘burning hand’ au début et à la fin du festival

Liens

Liens Greenfield Festival :

Liens Agenda Concerts-Metal :