Live-Report : Download Festival France 2018

Le Download Festival est de retour sur la Base Aérienne 217 à Bretigny (91) pour cette année 4 jours de gros son ! Le festival qui devait avoir lieu du vendredi 15 au dimanche 17 juin se verra ajouté une 4ème journée le lundi 18 juin pour profiter de la tournée de Guns N Roses en Europe. Les têtes d’affiche seront donc cette année Ozzy Osbourne pour le vendredi, Marilyn Manson pour le samedi, Foo Fighters pour le dimanche, et enfin Guns N Roses pour le lundi.

Côté site on reste à peu près sur la même configuration que l’an dernier. Le metal market va passer de 4 tentes à un chapiteau. L’Antichambre (tatoueurs + barbiers) a été agrandie. On a un peu plus d’endroits où s’asseoir, ainsi que plus de zones d’ombre. La zone concerts compte toujours 4 scènes : Main Stage 1 et 2, Warbird Stage (avec un toit), et Spitfire Stage (petite scène à gauche quand on rentre sur le site depuis le camping).

—-

Jour 1

Cette première journée du festival commence pour moi par Powerwolf. Les allemands nous délivre un bon set dont ils ont le secret avec une bonne communication (en partie en Français), où le groupe nous apprend notamment qu’ils sera de retour en France en octobre pour une date au Bataclan (voir ici). C’est au tour d’Alestorm de prendre place sur scène avec leur canard gonflable géant. Les pirates déroulent leur set devant une foule conquise. Je passe faire un tour par la 4ème scène pour voir les français de Sidilarsen. On se demande parfois si on est sur un dancefloor. Opeth ne donne pas son meilleurs concert, et je vais donc voir du côté de la Warbird Stage ce que nous propose nos amis de Underoath. Il en résulte un bon post-hardcore avec une bonne présence sur scène. Sur la Main Stage 2 c’est Ghost qui arrive. Le groupe confirme une fois de plus son statut de futur tête d’affiche. La scène est travaillée avec un fond de scène représentant des vitraux, et une scène à plusieurs niveaux avec un grand escalier. Le show est bon, carré. La communication avec la fosse se fait bien.

Il est tant d’accueillir la légende : Ozzy Osbourne ! A 70 ans papy tient encore bien la route, même s’il aura besoin d’un gros break en milieu de set qui sera occupé par une partie instrumentale dont un très long solo de batterie. Trop long diront certains. Le décors est composé d’un écran en forme de grande croix au milieu du fond de la scène, avec un écran géant de chaque côté. Les hits s’enchaînent avec des titres comme No More Tears et Crazy Train, et Black Sabbath n’est pas oublié avec Fairies Wear Boots, War Pigs, et une magnifique clôture du set sur Paranoid ! Très bonne première journée du festival, avec une météo parfaite : un beau soleil, juste quelques nuages de temps en temps, et une température qui n’a pas dépassé les 25°C.

—-

Jour 2

J’arrive sur le site vers 17h. Il y a plus de monde sur le parking que la veille. Les t-shirts du Download sont déjà en partie sold out. Il faut croiser les doigts pour qu’ils en produisent un peu après l’événement. Sur la seconde scène c’est les français de Betraying The Martyrs qui mettent l’ambiance. Mais pourquoi le chanteur nous parle t-il en anglais entre les chansons ? Pas grave, il y a quand même une belle activité en fosse et on passe un bon moment. Le public est chaud et la température va encore monter d’un cran avec Hollywood Undead sur la Main Stage 1 ! Ils feront monter un spectateur sur scène pour jouer un morceau avec eux. On aura le droit à de petits covers de Metallica et Rammstein, et même des Guns pour quelques secondes. Un très bon show.

Je passe jeter une oreille à Mantar sur la Spitfire stage avant de rejoindre la 3ème scène pour Ultra Vomit ! Le groupe aurait clairement du jouer en Main Stage au vu du monde qui se tasse devant la scène. Le concert / spectacle comique est excellent et on a hâter de retrouver les nantais sur scène à l’automne (avec notamment un passage à l’Olympia). Le soleil est toujours là pour accueillir The Offspring. Malgré quelques problèmes de son (le micro de Dexter n’était pas toujours assez fort) l’ambiance est au rendez-vous. On aura le droit à de nouveaux titres, mais on restera quand même sur une majorité Americana / Smash. Place ensuite Marilyn Manson. De longues pauses entre les chansons casseront un peu la dynamique d’un set composé de beaucoup de hits. Ca n’est sera pas moins un bon concert avec comme point d’orgue de ce show Sweet Dreams. Seconde journée bien dynamique avec encore une météo parfaite. 

—-

Jour 3

Le parking n’a jamais été aussi plein. Il y a visiblement beaucoup de monde pour les Foo Fighters au vu du nombre de t-shirts du groupe qu’on peut apercevoir sur l’aérodrome. Certains de leur t-shirts en vente au stand merchandising sont déjà sold out à 18h. Le sol commence a sentir les 3 jours de beau soleil et de piétinement. Sur la seconde scène c’est Dead Cross qui mène la danse. Le concert est sympa, mais n’attire pas tant de monde que ça dans la fosse, les gens préfèrent profiter du concert de loin, tranquillement posés dans l’herbe. Le concert se finira par un mini cover de Slayer. Bizarre de finir comme ca, surtout que le set fini à 18h35, donc 15 min en avance. Ils ont oublié le rappel ? Perturbator se lance sur la 3ème scène (le groupe sera de retour à Paris le 29 mars 2019) tandis qu’une grosse foule attend The Hives. Comme la dernière fois où je les ai vu la présentation du groupe prend une éternité, mais cette fois même des gens dans le public sont présentés… vraiment trop long. C’est au tour de Mass Hysteria de rentrer en scène. Les Français sont très bien accueillis par le public du Download et va mettre la Furia sur l’aérodrome ! Un concert spéciale « out of the sutio » en attendant le prochain album intitulé « Maniac » et qui sortira le 26 octobre. Un bon show avec ballon au début du set, pom-pom girls et danseuses vers la fin, et comme d’habitude une énergie folle sur scène et dans la fosse. Le groupe n’oubliera pas d’y descendre pour faire un titre au milieu d’un monstrueux circle pit.

Il est 21h quand Foo Fighters arrive. Le groupe nous délivrera une vingtaine de titres de son répertoire, ainsi que quelques covers sympa pour présenter les différents membres du groupe, comme du Alice Cooper pour le guitariste, du Queen pour le bassiste, John Lennon pour le pianiste, The Ramones pour le second guitariste… Niveau spectacle on retrouve la batterie sur vérins et un écran géant en fond de scène. Le chanteur de The Struts (qui est passé plus tôt dans la journée ) rejoint la scène pour interpréter un titre de Queen : Under Pressure. Un bon concerts des Foos pour conclure ce 3ème jour.

—-

Jour 4

Ca y est, on arrive au dernier jour du festival. Il y a moins de monde qu’hier sur le parking et sur le site. La seconde scène est déjà en partie démontée. Le public est un peu plus familiale et un peu moins jeunes. La journée commence pour moi avec un bon concert de Jonathan Davis. C’est la première fois que je le vois en dehors de Korn, et c’est intéressant de le voir dans un registre beaucoup plus calme. Le set est terminé. Je me dirige vers la warbird stage. Sur le chemin on entend déjà les applaudissements. Greta Van Fleet commence son set devant une foule trop importante pour la 3ème scène. Dure de profiter du concert à cette distance, mais avec le beau soleil qu’on a, on peut au moins profiter d’une pause allongé dans l’herbe. Volbeat arrive en Main Stage 1, devant une foule à conquérir. Le set de Seether commence alors que les Danois n’ont pas encore fini leur prestation. Dommage de ne pas avoir alterné les 2 scènes. La foule arrivera donc plus tard pour voir les Sud Africains et heureusement que ces derniers ont gardé le meilleur pour la fin en concluant avec le titre Remedy. Tout le monde se dirige vers la scène principale. La chaleur est au rendez-vous. Un écran géant est visible en fond de scène. Y est diffusée une vidéo tournant en boucle qui met en scène un tank avec les logos des Guns, du Download et du Graspop. Ce dernier roule sur un tas de cranes et tire de temps en temps. Le groupe a déjà 15 minutes de retard. Ca y est la vidéo change, ça commence ! On est partie pour plus de 3H de hard rock, avec un set qui va revisiter toute la discographie des Guns N Roses, et en plus quelques covers (Soundgarden, Pink Floyd, The Who…). Magnifique façon de conclure cette 3ème édition du Download Festival France !

—-

Conclusion

Avec 120 000 entrées sur le weekend, c’est autant que l’an dernier, mais sur 4 jour, ce qui était parfait pour les festivaliers. Le site est grand et bien organisé. Les concerts s’enchaînent bien, l’ambiance est bonne et les nouveaux aménagements sont bienvenues (plus de zones d’ombre, tente « fraîcheur », metal market sous un grand chapiteau…). Il ne reste plus qu’à attendre les informations sur l’édition 2019. Rendez-vous à la rentrée !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.